• Regards du Grand Paris Nouv.

    Regards du Grand Paris

    Collectif

    • Textuel
    • 15 Juin 2022

    À travers le regard de 38 artistes, ce livre offre une représentation urbaine et sociale inédite de la métropole parisienne. Un casting ambitieux mêlant photographes confirmés et talents émergents pour répondre à la commande nationale des Regards du Grand Paris qui invite sur dix ans des artistes à livrer leur perception des mutations du Grand Paris.

  • Le tumulte de Paris

    Eric Hazan

    • Fabrique
    • 5 Mars 2021

    Paris n'est plus ce qu'il était : oui, c'est vrai, et heureusement ! Que ne dirait-on pas s'il était resté comme au temps où Diderot allait chaque soir rêver sur son banc au Palais-Royal ? Paris est un organisme vivant qui change sans cesse depuis lors et même avant, en mal ici, en bien ailleurs. Ce livre est une incitation à ouvrir les yeux, à tendre l'oreille pour percevoir le tumulte de cette capitale indomptable, du périphérique à la place Vendôme, du marché d'Aligre au marché de Belleville, du tabac au zinc, de Balzac à Sartre - Paris, tel qu'en lui-même enfin l'éternité le change.

  • Le Grand Paris

    Aurélien Bellanger

    • Folio
    • 6 Septembre 2018

    Enfant de l'Ouest parisien, Alexandre Belgrand a grandi à l'ombre des tours de la Défense, au bord de la voie royale qui conduit du Louvre à la Grande Arche et qui sert de frise chronologique à l'histoire de France.
    Héritier autoproclamé de ce majestueux récit, il rejoint une école de commerce, certain d'intégrer à sa sortie l'élite de la nation.

    L'un de ses professeurs l'initiera alors à l'histoire secrète de la capitale, avant de le faire entrer au service de l'homme fort de la droite - le Prince - en passe de remporter la prochaine présidentielle. Au soir du 6 mai 2007, il est au Fouquet's, prêt à intégrer le cabinet du Prince en tant que conseiller en urbanisme. Suivront, pour Alexandre, des années d'alcoolisation heureuse, de travail acharné et d'amitiés nocturnes au coeur du Triangle d'or parisien. C'est lui qui écrira l'un des discours les plus remarqués du Prince, sur l'avenir architectural de Paris, et qui imaginera un grand métro automatique, le Grand Paris Express.
    Mais dans sa quête de plus en plus mystique d'une ville réconciliée, l'urbaniste aura l'orgueil de se croire indestructible.

    Le Grand Paris est le récit à la première personne du sauvetage d'une âme et d'une métropole.

  • Nul n'avait jamais évoqué l'Occupation et les années qui l'ont suivie du point de vue des femmes. Dans cette vaste fresque humaine, Anne Sebba leur rend la parole.

    1940, les Allemands occupent Paris, vidée de ses hommes. Tandis que la vie mondaine bat son plein autour de Josée de Chambrun et que Simone Signoret n'a d'autres choix que de continuer à travailler, Coco Chanel ferme boutique, Germaine Tillion participe aux débuts de la Résistance, Rose Valland refuse d'assister impuissante au pillage des musées et Irène Némirovsky comprend qu'il est trop tard pour échapper à son destin.

    Des scènes des cabarets au camp de Drancy en passant par les loges de concierge et les queues devant les magasins, sans oublier les maisons closes, la vie de vingt millions de parisiennes a été bouleversée par l'histoire.

  • Paris, capitale du XIXe siècle

    Walter Benjamin

    • Allia
    • 5 Mai 2015

    Tout ce que le XIXe siècle a produit est aux yeux de Walter Benjamin fantasmagorie. Que ce soient les passages qui émaillent le tissu urbain parisien, émanations de la construction en fer, ou les expositions universelles et leurs étalages de marchandises. L'illusionnisme de ce siècle a son champion en la personne du baron Haussmann, et son satiriste le plus zélé en celle de Grandville, transformant tout être humain en objet fantoche. Benjamin décrit comment ce siècle fut pétri de forces contraires, révolution contre conservatisme, bourgeoisie contre milieu ouvrier. La course à la nouveauté, propre de la modernité, se retrouve ritualisée dans la mode. Paris, ville-lumière dont Benjamin dénonce le ballet des illusions, entre oppression et promesse.

  • L'invention de Paris ; il n'y a pas de pas perdus

    Eric Hazan

    • Points
    • 1 Octobre 2004

    Places royales et faubourgs brumeux, enceintes, barricades et passages, c'est la trame serrée des quartiers parisiens qui organise cette déambulation proposée aux flâneurs des rues et des livres. On y voit naître, au rythme des enceintes successives, l'éclairage public, l'enfermement des pauvres et des fous, le numérotage des maisons, les terrasses de cafés et la police de proximité. Du Marais des Précieuses au XIe arrondissement des « branchés », on assiste aux migrations de la mode, à l'apparition de microvilles dans la ville, celles de Scarron, de Des Grieux, de Desmoulins, de Rubempré et de l'autre Lucien, le polytechnicien Leuwen, celles de Gavroche, de Baudelaire et de Manet, d'Apollinaire, celles encore de Nadja, de Doisneau ou d'Anna Karina.
    Mais les vrais héros du livre, ce sont des anonymes, les architectes du désordre qui, de génération en génération, se sont transmis l'art d'empiler les magiques pavés, au faubourg Saint-Antoine en prairial an III, au cloître Saint-Merry en juin 1832, au clos Saint-Lazare en juin 1848, à Belleville en mai 1871, au Quartier Latin en mai 1968, démontrant à chaque fois et plaignons ceux qui croient la série close la force de rupture de Paris.

  • Paris sera toujours une fête

    Collectif

    • Folio
    • 4 Novembre 2016

    Hommage littéraire à Paris un an après les attentats de novembre 2015, Paris sera toujours une fête rassemble autour de quatre thèmes emblématiques - « Aimons Paris, capitale de la liberté ! », « Arrivée à Paris », « Errances parisiennes », « Réminiscences de lieux parisiens » -, de grands textes consacrés à notre capitale. Préfacée par Danielle Mérian, dont le message de tolérance a été si largement relayé sur les réseaux sociaux cette année, l'anthologie compte le poème inédit « Paris 1983 », écrit par Dany Laferrière depuis Montréal trois jours après les événements.
    Plus de vingt-cinq grandes plumes mondiales, classiques et contemporaines, fêtent la Ville-Lumière.

  • Paris des peintres et des écrivains

    Sophie Chauveau

    • Hazan
    • 14 Octobre 2020

    Cet ouvrage se veut une véritable déclaration d'amour à Paris, un inventaire intime et émotionnel d'un Paris de toutes les histoires et de la grande Histoire. L'auteur, Sophie Chauveau, part en exploratrice arpenter ses rues, ses places et ses cafés, ses jardins, ses monuments et ses musées, y trouver la magie des lieux où vécurent les peintres et les écrivains qui ont écrit et immortalisé pour toujours la ville. Elle part à la recherche de tous les Paris, aimés ou détestés. Elle part à la recherche de ses souvenirs et des nôtres aussi.
    Du Paris iconique de Montmartre, des Champs-Élysées, de Notre-Dame ou de la tour Eiffel, au Paris des rues et de la Seine, l'auteur flâne et redécouvre l'âme d'une ville à travers les plus beaux textes de Proust, Balzac, Maupassant, Hugo, Modiano, et des chefs-d'oeuvre de Raguenet, Pissarro, Caillebotte, Manet, Renoir, Béraud, Monet, Van Gogh et de bien d'autres encore.
    Ce livre propose une anthologie illustrée inédite, qui puise dans la littérature et la peinture, du xvie siècle à nos jours, et met en valeur toute la beauté de Paris. Ce dialogue riche et contrasté entre citations choisies et peintures célèbres révèle un Paris qui a su attirer les plus grands artistes du monde, qui a nourri leur imaginaire et leur créativité.

    « Il existe mille lieux à Paris dont le talent des hommes a marqué l'histoire. Paris est si petit qu'il y fleurit une étonnante accumulation de génies au mètre carré. Au 50, rue de Vaugirard, madame de Lafayette rédigea la Princesse de Clèves, Balzac écrivit La Peau de Chagrin, rue Cassini, et Alain Fournier y acheva Le Grand Meaulnes. Pascal vécut sa nuit de feu au 54 rue Monsieur. Mallarmé, Zola et Manet vivaient et créaient sans quitter les Batignolles, où le mouvement impressionniste se tenait en embuscade. »

  • Une traversée de Paris

    Eric Hazan

    • Points
    • 4 Mai 2017

    Eric Hazan nous convie à une traversée de Paris, du sud au nord, d'Ivry à Saint-Denis. Au fil des pas, il mêle son histoire personnelle et celle de la ville dans son entassement d'époques et d'événements. Il note les évolutions et les changements à l'oeuvre, observe l'architecture, évoque la littérature et le cinéma tout en revenant sur ses souvenirs de chirurgien et d'éditeur.

  • Coiffée du Sacré-Coeur, la butte Montmartre se repère de loin dans le ciel de Paris. Mais ses venelles tortueuses et ses maisons de guingois la distinguent de la capitale au regard de laquelle elle a des allures de village. Sa légende a pourtant fait le tour du monde, accrochée à ses peintres, à ses danseuses de cancan, à ses chansonniers et à ses gamins des rues. D'une volée d'escalier à l'autre, en voici l'album de famille composé par les plus grands photographes : Nadar, Atget, Brassaï, Kertész, Ronis, Doisneau...

    Montmartre, a village between earth and sky Topped by the pristine white Sacré-Coeur, the Montmartre hillside can be seen from afar in the Paris sky. Considered more like a village, its winding alleys and ramshackle houses distinguish it from the capital. However, its legend has spread around the world, clinging to its painters, its cancan dancers, its singers and its street urchins. From one flight of stairs to another, here is a family album composed by the greatest photographers: Nadar, Atget, Brassaï, Kertész, Ronis, Doisneau...

  • S'épanouissant à Bruxelles, à Barcelone ou à Vienne, l'Art nouveau s'illustre à Paris dès le milieu des années 1890. D'abord dans les beaux quartiers avec des immeubles à l'ornementation profuse destinés à une bourgeoisie avant-gardiste, puis dans la sphère publique pour habiller les stations de métro ou les salles de restaurants. Il en identifie d'ailleurs le type au point de se voir qualifié de « style métro » ou de « style bistrot ». L'engouement est de courte durée, qui s'essouffle après 1910 alors que l'esthétique épurée du cubisme condamne les entrelacs végétaux et les lignes en coup de fouet. Pour faire bonne mesure, on détruira au cours du xxe siècle beaucoup de réalisations Modern Style, et non des moindres.
    En voici cependant 100 exemples remarquables : immeubles d'habitation, maisons particulières, théâtres, brasseries, commerces...

  • Dans l'entre-deux-guerres, une architecture nouvelle s'affirme, portée par une génération qui revendique haut et fort sa modernité, laquelle connaîtra des traductions très diverses. Mais les jeunes architectes ont en partage le rejet de l'académisme, du classicisme et du pittoresque.

    Privilégiant les formes primaires, l'expression de la fonction des différentes parties du bâtiment, les matériaux comme le béton, le verre ou l'acier, le plan libre, le toit-terrasse et la couleur blanche, l'avant-garde s'incarne dans les noms de Le Corbusier, bien sûr, mais aussi d'Auguste Perret, de Robert Mallet-Stevens, d'André Lurçat, de Marcel Lods, de Raymond Fischer, de Bruno Elkouken et de bien d'autres.

    Voici 100 de leurs réalisations les plus remarquables - villas, ateliers, hôtels particuliers, immeubles d'habitation, bâtiments publics... - que la postérité ne reconnaîtra véritablement que bien après leur émergence.

  • Paris bohèmes 1830-1960

    Bertrand Matot

    • Parigramme
    • 14 Octobre 2021

    Moins d'un siècle et demi séparent les chevelus escortant Victor Hugo à la Comédie-Française pour la première d'Hernani des beatniks américains prenant leurs quartiers dans un hôtel minable de la rue Gît-le-Coeur. Entretemps, le style de vie artiste « en dessous de la fortune mais au dessus du destin » se voit incarné par les meilleurs de leurs générations : Baudelaire, Nadar, Vallès, Courbet, Rimbaud, Verlaine... plus tard Picasso et la bande du Bateau-Lavoir, à Montparnasse, Modigliani, Foujita, Kisling... à Saint-Germain-des Prés, Duras, Gréco ou Cazalis. Une commune détestation du conformisme bourgeois est le trait d'union de ces rebelles qui ne reconnaissent de valeur qu'à la poésie, à la littérature, à la peinture, à l'opéra et aux chansons. Et à la fête, à l'ivresse, aux paradis artificiels pour certains, aux amours libres et à l'amitié pour tous.
    Un mythe prend corps, popularisé par le cinéma, indissociable des bords de Seine qui l'ont vu s'épanouir.

  • Atlas de Paris Nouv.

    Atlas de Paris

    ,

    • Parigramme
    • 16 Juin 2022

    Le flux des siècles a façonné Paris. Le Paris d'aujourd'hui, si familier, est l'héritier de plus de deux mille ans d'histoire. L'entrelacs des rues, la conformation des quartiers, la disposition des immeubles... ne sont pas donnés comme des évidences mais résultent d'une généalogie complexe. En se reconstruisant inlassablement sur elle-même, la ville a composé avec les fantômes de ses versions précédentes : telle rue suit la crête d'un rempart oublié, celle-ci est tracée sur l'allée d'un domaine seigneurial, celle-là contourne un bastion démoli... Par endroits, le parcellaire lui-même conserve la mémoire des anciens vignobles, des abbayes médiévales, des emprises industrielles du XIXe siècle...

    L'Atlas de Paris, rassemblant des centaines de cartes, photographies, gravures et plans, éclaire le processus de formation d'un paysage urbain, met en évidence des relations insoupçonnées et invite à découvrir la capitale comme on ne l'avait jamais vue.

  • Paris des peintres

    Gérard Denizeau

    • Larousse
    • 8 Septembre 2021

    « Auprès de cette ville-là, toutes les villes deviennent petites : Paris semble grand comme la mer. ».
    Vincent Van Gogh.

    Des cafés aux plus grands monuments, des rues pavées aux jardins d'été, ils sont nombreux depuis le xvie siècle jusqu'aux peintres modernes et contemporains à avoir arpenté et représenté Paris. Signac donna ses plus belles couleurs au pont des Arts, Monet posa sa palette aux Tuileries et au parc Monceau, Vallotton immortalisa les jardins et les bois, la tour Eiffel et Notre-Dame se transformèrent au gré des courants et des mouvements...

    Cet album révèle un Paris tantôt flamboyant et prestigieux, tantôt secret et poétique, dans une variation ininterrompue d'atmosphères et d'émotions. Un Paris qui a su attirer les plus grands peintres, et dont il a nourri l'imaginaire. Une promenade enchantée à travers une capitale qui ne cesse de se métamorphoser, à la découverte d'oeuvres magistrales et de coloristes absolument uniques.

  • Connaissance des arts Hors-Série ; la fabrique de Notre-Dame t.2 : journal des donateurs

    Connaissance Des Arts

    • Connaissance des arts
    • 30 Septembre 2021

    La sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris touche à sa fin. Avant d'entamer la restauration à proprement parler, place aux phases de diagnostics et de protocoles. Ce deuxième volet de la Fabrique de Notre-Dame vous permet de suivre pas à pas le chantier du siècle.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Les 100 mots de la ville

    ,

    • Que sais-je ?
    • 14 Avril 2021

    Penser la ville contemporaine revient à se pencher sur les conditions de vie de l'écrasante majorité des Terriens. C'est décrire et analyser les réalités urbaines pour mieux imaginer le futur des villes. C'est aussi se frotter aux mots des experts, qu'ils soient architectes, urbanistes ou encore élus. De " NIMBY " à " bobo " en passant par les " ZFU ", " équilibre spatial " ou encore " gentrification ", l'urbain semble susciter la création de néologismes et autres acronymes plus ou moins opaques.
    Ce livre n'entend pas être un simple lexique. Il invite, au gré des mots - " bidonville ", " Dubaï ", " toilettes publiques ", " aéroport " -, à une promenade sur la planète urbaine. Flânant entre réalités et utopies, les auteurs croisent des approches sociologiques, philosophiques, écologiques, juridiques, cinématographiques pour mieux donner à comprendre les ressorts de la vie citadine et inventer les territoires urbains de demain.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Paris aux couleurs des années 50 : 100 photos de légende

    Collectif

    • Parigramme
    • 25 Mai 2022

    Le Paris des années 1950 n'a pas encore revêtu les habits de la modernité. On y croise au fil des rues les marchandes de quatre-saisons, les bonnes soeurs en cornette, les agents de police en pèlerine et les écoliers en blouses... Dans les cafés de Saint-Germain-des-Prés ou du Marais, employés, ouvriers, retraités modestes et intellectuels sans le sou s'accoudent aux mêmes zincs. On ne parle guère de chômage mais plutôt des difficultés de logement. Et sans chez-soi confortable, on est souvent à l'extérieur...

    Ce sont donc des rues animées et vivantes qu'il est donné aux photographes, français (Robert Doisneau, Willy Ronis, Raymond Depardon, Édouard Boubat), comme étrangers (Peter Cornelius, Erwin Blumenfeld, Robert Capa, Ervin Marton, Ernst Haas), d'immortaliser en couleurs. Leurs images pleines de charme et de fraîcheur nourrissentaujourd'hui la légende d'un Paris révolu.

    The Paris of the 1950s was a charming place where roads buzzed with street peddlers and small trades, nuns in cornet wimples, caped policemen and smocked schoolchildren... In the now-chic Saint-Germain-des-Prés and Marais districts, employees, workers, modest retirees and penniless intellectuals still lived side by side. Unemployment worried no one, and thousands of industrial and handicraft workshops continued to thrive in the capital...
    Great photographers from France (Robert Doisneau, Willy Ronis, Raymond Depardon, Édouard Boubat) and elsewhere (Peter Cornelius, Erwin Blumenfeld, Robert Capa, Ervin Marton, Ernst Haas) captured color shots depicting how time stood still in the 1950s. Enchanting, refreshing photos that today feed the legend of a lost Paris.

  • Le brutalisme est un style architectural apparu dans les années 1950 qui s'inspire notamment des réalisations de Le Corbusier, en particulier de la Cité radieuse de Marseille (1952). Le terme même désignant le mouvement dérive de l'utilisation du béton « brut de décoffrage », sans ornements ni fioritures. Par la suite, d'autres matériaux, comme le métal, la pierre ou le verre ont pu être intégrés à des constructions se réclamant du même mouvement. Les édifices sont généralement massifs, anguleux et présentent des structures répétitives. Des éléments techniques habituellement dissimulés sont volontiers exposés.
    Prospérant à Paris et dans sa périphérie jusqu'à la fin des années 1970, le brutalisme a connu une désaffection au tournant du siècle avant de susciter un regain d'intérêt aujourd'hui.
    L'ouvrage présente une centaine de réalisations - immeubles de logements, bâtiments publics, équipements sportifs, ensembles industriels... - offrant autant de contrepoints dans un paysage à dominante hausmannienne.

  • Il y a un siècle, Le Boeuf sur le toit entrait dans la légende des années folles. Avec Jean Cocteau et ses amis musiciens du groupe des Six pour parrains, avec Wiéner et Doucet au piano, le bar-restaurant-cabaret de Louis Moysès fut, selon le peintre Jean Hugo, « le carrefour des destinées, le berceau des amours, le foyer des discordes, le nombril de Paris ». Musiciens et jazzmen s'y donnaient rendez-vous pour jouer des nuits entières des concerts improvisés. De ces concerts improvisés est née l'expression « faire un boeuf ».
    À l'occasion du centenaire de ce lieu emblématique, venez pousser les portes du mythique cabaret pour revivre, en compagnie de l'auteur Jean Pierre Pastori, ses plus grandes heures de gloire.

  • The Eiffel tower

    Bertrand Lemoine

    • Taschen
    • 11 Octobre 2021

    Imposante de jour, scintillante la nuit, l'impressionnante silhouette en dentelle métallique de la tour Eiffel n'a cessé de fasciner francophiles et amoureux, écrivains, artistes et rêveurs depuis plus de 125 ans. Réalisée à partir de l'édition limitée reproduisant le folio original de Gustave Eiffel, cette nouvelle édition de TASCHEN présente des croquis, des photographies de la construction et des documents historiques retraçant la construction de ce symbole de l'architecture mondialement connu.

  • Paris France ; Raoul Dufy

    Gertrude Stein

    • Rivages
    • 29 Août 2018

    Alors que la menace allemande plane sur la France, Gertrude Stein publie en 1940 «Paris France», un petit opuscule mêlant souvenirs de jeunesse et observations sur son pays d'adoption : la France. Elle écrivait que les écrivains doivent avoir deux pays, celui auquel ils appartiennent et celui dans lequel ils vivent réellement. Le second est romanesque. Ce texte est malgré tout un hymne au plaisir et à la joie de vivre dans ce pays romanesque qu'était la France pour elle et les Américains de sa génération. Derrière les commentaires tranchés sur la mode, les traditions et les façons d'être des Français, on retrouve l'intérêt continu de Stein pour les caractères, pour les habitudes : tout ce qui se répète dans un comportement et qui fait le style d'une vie. Ce texte est complété par «Raoul Dufy»«. Il faut méditer sur le plaisir. Raoul Dufy est plaisir».

  • Paris mythique : 100 photos de légende

    Collectif

    • Parigramme
    • 7 Mars 2013

    En 100 photos de légende, c'est à une promenade poétique à travers le Paris de toujours que ce livre séduisant invite : les garnements de Robert Doisneau, les bas-fonds de Brassaï, le passant bondissant d'Henri Cartier-Bresson, les amoureux de Willy Ronis, le peintre de la tour Eiffel de Marc Riboud, l'homme armé d'Eugène Atget, le Luxembourg enneigé d'Édouard Boubat, le premier Parisien de Louis Daguerre, les pavés mouillés d'André Kertész, les filles de la mode de Franck Horvath et de William Klein, le château tremblant de Man Ray . autant de chefs-d'oeuvre qui fixent avec style et poésie les représentations d'un Paris éternel.

    En stock

    Ajouter au panier
empty